Actualité

Comme d’autres communes, Vielsalm a répondu le 20 décembre 2016 à l’appel d’une quarantaine d’associations pour manifester son soutien à la population martyre d’ALEP et demander aux autorités belges et européennes de faire pression pour rendre possibles l’évacuation des civils d’ALEP, la création de couloirs humanitaires et le déploiement d’observateurs de l’ONU.

Une pétition a recueilli un paquet de signatures sur le site de l’ONG Médecins du monde.

Plus de 60 personnes avaient répondu à l’invitation d’Amnesty International Vielsalm – Manhay et ont été accueillies par un de ses responsables, James Noirbenne et par le bourgmestre Élie Deblire, en présence de quelques amis candidats réfugiés et réfugiés syriens.

Ce rassemblement était animé par la Choraline chantant la solidarité, la paix et l’amitié. Guy Deblire a lu le beau texte que vous trouverez à la suite de cet article.

Une minute de silence a été observée pendant laquelle des participants se sont couchés sur le sol, recouverts d’un drap blanc, symbolisant les corps des morts d’ALEP.

Un petit réveillon solidaire de Noël, avant l’heure…

Qui pourra vraiment nous dire un jour l’étendue du drame de la population syrienne ? Coincés entre les exactions du

(Loïc Forthomme. Photo WorldSkills Belgium)

Nos deux Salmiens ont brillé au Championnat européen des métiers techniques, manuels et technologiques (WorldSkills) à Göteborg !

Loïc Forthomme, 22 ans, a emporté la distinction suprême, la médaille d’or dans la catégorie dessin industriel assisté par ordinateur, après avoir déjà obtenu la médaille d’or au niveau belge en 2015.

Loïc est le fils de Michel Forthomme et Anne-Françoise Lecomte, de Salmchâteau. Il est diplômé de la Haute École de la Province de Liège.

Julien Neulens, 21 ans, jeune menuisier indépendant à Goronne a reçu la médaille d’excellence dans la catégorie menuiserie. C’est un excellent classement au niveau européen !

(Julien Neulens. Photo WorldSkills Belgium) Julien a fait ses études à l’ICET (l’Institut Communal d’Enseignement Technique de Bastogne), il est le fils de Bernard Neulens et de Pascale Andrianne. Bon sang ne peut mentir : son papa est un menuisier bien connu dans la région. Vous pouvez découvrir sur Facebook quelques belles réalisations de la Menuiserie Bernard Neulens et Julien Neulens. 

L’exploit de Loïc et Julien est d’autant plus remarquable qu’ils étaient confrontés à une sélection européenne de très haut niveau. Qui plus est, dans un tel championnat, ce n’est qu’au dernier moment que les candidats découvrent le travail à réaliser et les difficultés à surmonter !

La trompe de chasse a été reconnue comme patrimoine immatériel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, une première étape avant une procédure de reconnaissance par l’UNESCO. L’art des sonneurs de trompe tels ceux du Royal Débuché de Vielsalm est ainsi mis à l’honneur !

Le Royal Débuché de Vielsalm représente avec succès notre commune dans des compétitions et festivals internationaux. L’été 2016 l’a vu donner une série de concerts fort appréciés en France avec la participation de l’Ensemble instrumental la Royale Concordia de Salmchâteau

Le Royal Débuché de Vielsalm a fêté ses 50 ans d’existence le 16 mai 2015 et a été honoré du titre de royal à cette occasion.

Un superbe concert avec l’Ensemble instrumental la Royale Concordia de Salmchâteau nous a rappelé que la trompe de chasse était étroitement liée à la vénerie, mais qu’elle pouvait aussi nous offrir le grand frisson dans des compositions classiques ou actuelles.

Ainsi, une sonnerie composée par Vincent Rulmont en l’honneur de Henri Piter, un des fondateurs de cette société musicale, a été interprétée lors de la soirée de gala du 50e anniversaire.

Ce samedi 26 novembre 2016, à 18h30, le Royal Débuché de Vielsalm nous invite à partager avec lui sa messe de Saint-Hubert à Farnières avec la participation du Chœur Saint Servais de Salmchâteau. Une dégustation de produits locaux suivra avec la participation de la Confrérie de la Myrtille de Salm, une dégustation agrémentée de quelques sonneries de fanfares.

A Vielsalm, de belles animations seront consacrées à la thématique de l'identité à partir du 7 novembre (voir le programme ci-dessous).

La thématique de l'identité est à l'ordre du jour de nombreux débats en ces temps assez sombres de repli sur soi et de xénophobie plus que rampante. C'est particulièrement le cas dans le cadre de la campagne pour les présidentielles françaises. L'extrême droite mais aussi certains élus de droite y excellent dans la surenchère identitaire dénonçant notamment l'invasion migratoire (ou la "submersion migratoire" selon l'expression de N. Sarkozy).

Dans le style "la France aux Français", Sarkozy n'est jamais en reste de propos démagogiques et qui frisent le ridicule comme sa référence aux Gaulois ("vous devenez français, vos ancêtres, ce sont les Gaulois » ou encore « “J’aime la France, j'apprends l'histoire de France, je vis comme un Français, doit se dire celui qui devient français.”).

Cette surenchère et cette vision étriquée de l'identité ont été dénoncées récemment encore par la Conférence des évêques de France qui a donné une fameuse leçon d’ouverture aux Français et en particulier aux candidats à l’élection présidentielle, une leçon intitulée "Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique", tout un programme...

Pour ma part, sans renier pour autant mes origines familiales et sociales, je soutiens une conception de l'identité fondée sur la diversité dans une société pluraliste et solidaire.  

(A gauche, une des tours du château des comtes de Salm; à droite, la colline au sommet de laquelle se trouvent les restes d'un camp celtique. Mon identité y trouve-t-elle ses constituants? Je vais le demander à Nicolas Sarkozy...)

Il y a aussi un autre questionnement identitaire, celui des jeunes confrontés à la métamorphose de l’adolescence et à la nécessité de se construire une nouvelle identité.

L’Avenir du Luxembourg, sous la belle plume de Jean-Michel Bodelet, a consacré deux pleines pages de son édition du 16 septembre 2016 au docteur Luc Maquoi et à la création de son service de secours médicalisé en 1986.

Quelle bonne idée d’avoir publié cet article !

En 1986, avec l’aide de quelques amis et de son épouse (son assistante aussi dans l’ambulance et puis sur l’hélico), le docteur Maquoi créait à Bra-sur-Lienne, au centre d’une zone mal desservie en aide médicale urgente, un service de secours médicalisé sous la forme d’une ASBL devenue bien des années plus tard le CMH, le Centre de Secours Médicalisé de Bra-sur-Lienne.

C’est au début des années 90 que Luc Maquoi a commencé à étudier la création d’un service médical d’urgence héliporté. 

Je me souviens encore de notre rencontre à l’hôtel de ville lorsqu’il m’a informé de son projet. On peut dire qu’il m’a fameusement bousculé ! J’étais d’autant plus soufflé que, fin des années 80, un projet de ce genre - beaucoup plus modeste - défendu par quelques urgentistes et moi-même lorsque j’étais conseiller au cabinet du ministre Philippe Busquin, avait été balayé sans ménagement. Ce n’était pas l’heure… 

Luc Maquoi a su convaincre des représentants communaux dont ceux de Vielsalm de s’engager pour l’octroi d’un subside annuel et la constitution d’un fonds de roulement. 

Le premier hélico "Spirit of Saint-Luc" arrivé en septembre 1997 est un gros Sikorsky S76. Il sera remplacé par la suite par un Dauphin N2. L’actuel hélico est un EC 145 C2 fourni ainsi que ses 5 pilotes par la firme ostendaise NHV (Noordzee Helikopters Vlaanderen) dans le cadre d’un contrat de location avec le CMH.

Le vendredi 19 août 2016, c’était la dernière journée de fête et de retrouvailles à la maison de repos du CPAS. Les résidents et leur famille, le personnel au complet et quelques membres du conseil communal et du conseil de l’action sociale ont partagé un excellent buffet froid préparé par le personnel de cuisine de la maison.

C’était une journée de fête, mais il y avait aussi de l’émotion et de la nostalgie dans l’air, à quelques jours du déménagement vers la nouvelle maison de repos La Bouvière à Vielsalm.

C’est vrai que quitter une maison de repos d'une bonne quarantaine de lits à l’ambiance familiale, avec ses chambres disposées autour de petites salles communes, pour un nouveau lieu de vie et de travail dans un gros ensemble immobilier de plus de 120 lits n’est pas une mince affaire.

Mais j’ai senti parmi les membres du personnel la volonté de réussir cette opération et de veiller à ce que le déménagement et l’intégration dans leur nouveau lieu de vie se passent le mieux possible pour les résidents.

C’est le même état d’esprit qui anime le personnel de la MRS St-Gengoux.

Il reste que certains membres du personnel ont laissé transparaître leur inquiétude : celle de ne plus pouvoir, à l’occasion d’un repas, d’un soin ou d’un passage dans sa chambre, consacrer suffisamment du temps à écouter la personne âgée et à dialoguer avec elle.

(Amélie Miny, à l'origine de cette réalisation, teste le balai en bonne compagnie...)

C’est le dimanche 14 août, en prélude aux belles animations de la journée du lac, qu’a été inauguré un balai de macralle en bronze installé en bordure du lac, à proximité du pavillon.

Des Salmiens et des touristes, quel que soit leur âge, peuvent ainsi l’enfourcher et se rêver en macralle fendant les airs à la recherche d’une victime ou l’autre à laquelle jeter un mauvais sort.

Sur le panneau situé à proximité de la sculpture, se trouve un texte - rédigé dans les trois langues nationales – expliquant les origines des macralles du Val de Salm et invitant les passants à enfourcher le balai et à poster des photos sur Facebook ou Instagram avec le hashtag #witchinvielsalm. Pour rappel, la Maison du tourisme possède le compte Instagram Vielsalmtourisme.

C’est une nouvelle attraction conçue par Amélie Miny dans le cadre de son travail de fin d’études en section tourisme de la HECH de Liège et qui a eu la bonne idée de présenter son projet au bourgmestre. Ce dernier l’a encouragée à aller de l’avant. Elle a également reçu l’appui du Syndicat d’initiative de Vielsalm et du grand conseil des macralles du Val de Salm

L’installation financée par la Commune a été réalisée par des élèves des sections technique et artistique de l’Athénée royal de Vielsalm-Manhay. Le panneau est l’œuvre de l’ASBL Les Hautes Ardennes. Le placement a été effectué par les ouvriers communaux.

Un bémol…

Un bémol cependant qui, rassurez-vous, ne devrait concerner que les mandataires publics salmiens et certaines personnalités : enfourcher le balai peut leur jouer quelques mauvais tours.

(Manu Dibango et son groupe en 2015 à la ferme Madelonne)

Un coin de Haute Ardenne entouré de prairies et bordé de belles forêts, c’est la Ferme Madelonne (ou de la Madelonne) pas loin du village de Sterpigny, dans la Commune de Gouvy, à quelques pas de Vielsalm.

Claudy et Benjamin Lentz aidés par une volée de bénévoles vous y accueillent pour un festival unique en son genre, champêtre et familial. Les plus grandes pointures du jazz y ont défilé.

Il y a le jazz et le blues mais aussi le camping et le parking gratuits, la madelonne, la bière du cru, des friteries et bien d’autres choses encore pour vous rendre le séjour agréable et convivial. 

(Bobby Watson et Curtis Lundy, un musicien de son quartet, Ferme Madelonne, festival 2015)

Il n’y a plus qu’à se laisser envahir par les notes bleues dans la grange transformée en salle de concert ou sous le chapiteau.

Et comme on peut le lire sur le site de la ferme Madelonne : « Hors du tumulte de la ville, on vient chez nous par des petits chemins qui sentent encore bon la noisette et l’équipe des derniers guerriers romantiques est là pour vous accueillir dans ce bastion belge de la Ferme Madelonne qui résiste à la mégalomanie. »

Rien de bien nouveau pour l’édition 2016 de la fête des myrtilles à Vielsalm si ce n’est l’animation musicale, place Paulin Moxhet, à l’excellente initiative des restaurants « Les 6 Quarts » et « Au gré des Saisons ».

Pour ma part, bien installé avec des amis à la terrasse du resto « Au gré des Saisons », j’ai eu l’occasion d’apprécier la prestation de Doris Nizette et de ses musiciens avec notamment un « Knokin’on Heaven’s Door » débordant d’énergie !

En réalité, deux groupes de musiciens de la Billy Barrel Music School ont entouré Doris : The Sagouins composé de jeunes musiciens de la région (Robin Leyens, François Kayser, Thibault Fraiture, Noa Boussehaba) et le groupe Old Is Young avec Benoît Bigneron, Stéphane Thomas, Proctor Rées,  Guillaume Van Dooren, Noa Boussehaba et Romain De Pré.  

Et pour une chanson d’AC/DC, un jeune batteur de 7 ans, Thomas Bigneron, s’est joint à ses amis musiciens !

Une fois de plus, les macralles du Val de Salm vont mettre le feu à Vielsalm.

Les festivités débuteront le 20 juillet par des animations de rue et la prise des clefs pour se poursuivre par un sabbat haut en couleurs au cours duquel sront intronisées les personnalités suivantes: Kurt VANDENABEELE (Sorcières de Beselare), Jacques STOTZEM  (le guitariste bien connu), KODY (l'humoriste belge que l'on retrouve notamment dans les émissions « Le Grand Cactus » et «  Les Enfants de Chœur »), Grégory JEUNEJEAN (artiste sculpteur originaire de Vielsalm) et Eric WANSART (Salmien bienfaiteur des macralles).

Il y a quelques jours, j’étais présent à Mont-le-Soie pour la réunion du conseil d’administration de l’ASBL Centre européen du Cheval sous la présidence de notre gouverneur honoraire Bernard Caprasse.

Pour rappel, le Centre européen du Cheval, c’est :

– un centre de recherche appliquée sur le développement des biotechnologies de la reproduction, sur l’incidence et la prévention des pathologies orthopédiques, sur la production d’une alimentation efficiente et produite en Wallonie, un centre qui dispose d’un laboratoire et d’outils spécialisés et dont l’expertise est également reconnue à l’étranger;

– un centre d’aide à l’élevage et aux éleveurs : suivi et sélection des chevaux en vue d’améliorer la qualité des chevaux élevés, suivi des chevaux de compétition, création de nouveaux débouchés notamment pour les chevaux de trait, accompagnement des agriculteurs et éleveurs désireux de s’engager dans la filière équine ;

– un centre qui favorise les échanges commerciaux entre tous les acteurs de la filière équine.

Des projets de chèques-commerce et même de monnaie locale, une priorité au commerce équitable et à la production locale, un futur marché artisanal à Farnières, un beau magasin bio à Petit-Thier, une grainothèque de semences à partager à la bibliothèque publique, des potagers collectifs, etc., etc.

Les choses bougent à Vielsalm sous l’impulsion de particuliers mais aussi de la Commission locale de développement rural (la CLDR), de l’Agence locale de l’emploi (l’ADL) et de la Commune.

Du 29 mai au 4 juin 2016, dans le cadre du projet « Communes et provinces - plan Maya », la semaine de l’abeille vous propose un très beau programme :

- dimanche 29 mai, de 10 heures à 17 heures, un marché artisanal à Burtonville

- mardi 31 mai à 19 h 30, projection du film « Des abeilles et des hommes » à la bibliothèque ;

- vendredi 3 juin à 19 h 30, projection du film « Demain » ;

- samedi 4 juin, visite de ruchers chez des apiculteurs partenaires. 

Les abeilles sont d’intelligents marqueurs de la biodiversité et leur rôle de pollinisateurs est évidemment important pour l’agriculture notamment.

Elle peut être visitée jusqu’au 24 juin, en semaine de 9 h à 16 h 30 dans les belles salles d’exposition de l’ASBL La « S » Grand Atelier à Rencheux-Vielsalm.

Une ouverture exceptionnelle aura lieu le dimanche 22 mai de 14 h à 18 h avec « une petite histoire de la chasse et de la pêche  en 221 images » proposée par François Liénard, le commissaire de l’exposition (séance à 14 h 30 et à 16 h 30).

« Dans les bois sous la mer » n’est pas une banale exposition consacrée à la chasse et à la pêche. Certes, on y retrouve des traces de notre environnement familier, mais très vite, cette exposition nous emporte dans un univers magique, poétique, merveilleux même, un univers fait d’œuvres tantôt figuratives, tantôt surréalistes.

(Superbe site du plan d'eau et de sa chute d'eau, sous les premières couleurs un peu pâlotes du printemps)

Pour rappel, dans le cadre de l'opération de développement rural, une opération citoyenne comme on dit aujourd'hui, c’est plus de 80 projets qui, au fil de réunions de travail mobilisant une bonne centaine de citoyens, ont été retenus dans le programme communal de développement rural de la Commune de Vielsalm. Dans ce programme, ils ont été hiérarchisés et répartis en différents lots en fonction de leur priorité. Plusieurs dizaines d'entre eux sont exécutés ou en cours d'exécution.

Ces projets sont de toutes dimensions. Ils vont du petit aménagement dans l’un ou l’autre coin de la Commune à de plus gros défis comme la Maison du parc qui accueillera diverses activités sociales dans l’ancien bâtiment Belgacom, la centrale hydroélectrique à installer en aval du plan d’eau ou encore l'aménagement de la traversée et de la place de la gare de Grand-Halleux.

L’opération rurale a fait l’objet de nombreuses publications (Salm-Info et « toutes boîtes »).

CLDR: appel à projets participatifscliquez ici!

La Maison du parc aménagée dans l'ancien bâtiment Belgacom et destinée à accueillir diverses activités sociales, sera opérationnelle début 2017.

(Dans les rues de Bruxelles, de la musique, encore et toujours...)

Je vous vois déjà hausser les épaules : quoi ? Encore un édito larmoyant ou donneur de leçon ? Encore un avis d’expert ou d’un Monsieur je sais tout ? 

Mais non, rassurez-vous. Il se fait que j’étais à Bruxelles le week-end précédant le 22 mars pour faire découvrir quelques coins de notre belle capitale à des proches.

Nous étions basés du côté de la place Sainte-Catherine, près du quartier Saint-Géry et du Beursschouwburg. Le vendredi, en sortant de l’hôtel, on aurait pu parcourir la rue Dansaert et, après avoir franchi le canal, visiter par exemple le MIMA ou la Maison des cultures et de la cohésion sociale créée en 2006 à l’initiative de Philippe Moureaux.  Ce sera pour une autre fois. On a préféré déguster quelques huîtres à La Mer du Nord (mais non, pas à la côte ! Place Sainte-Catherine !) et manger ensuite dans un restaurant thaï, à deux pas.

Ensuite, direction place des Martyrs, Cathédrale des saints Michel et Gudule (pour assister à une répétition de chant), Grand-Place (évidemment) pour nous retrouver ensuite devant la terrasse d’une vieille taverne bruxelloise, le Poechenellekelder. Et là, je me suis joint à une bande d’anciens étudiants chantant à tue-tête quelques belles pages du Petit Bitu, ce recueil de chansons étudiantes que j’ai toujours chez moi à portée de main. On a terminé cette journée dans une bonne brasserie.

Le pari pour demain de Manon Bernier fait immanquablement penser au film « Demain », de Cyril Dion et Mélanie Laurent, dont le succès s’amplifie de jour en jour. Un beau film qui nous invite à répondre aux défis écologiques par des actions concrètes et solidaires dans les domaines de l’alimentation, de l’énergie, de l’économie, de la démocratie et de l’éducation. À voir et à revoir !

Nul doute que Manon s’y retrouverait bien dans ce film. Je ne pouvais pas m’empêcher, en la voyant commenter avec aisance et enthousiasme ses choix de vie, lors de la remise du prix Benjamin Lorcé, de penser à cette citation de Pierre Rabhi

« Entre un monde qui décline et un autre à construire se trouve une transition qu’il ne faut pas gâcher par notre inertie. Il s’agit d’un véritable changement de paradigme qui place l’être humain et la nature au coeur de nos préoccupations et toutes nos compétences et moyens à leur service. L’ère de la sobriété, de la simplicité heureuse a sonné. Tout changement implique le changement de soi car si l’être humain ne change pas lui-même, il ne pourra changer durablement le monde dont il est le responsable. »

Le Fonds Benjamin Lorcé

Pour rappel, le Fonds Benjamin Lorcé a été créé en 2008 au sein de la Fondation Roi Baudouin, à l’initiative de Madame Anne De Bremaecker, pour perpétuer le souvenir de Benjamin, une jeune et belle personnalité trop tôt disparue dans un tragique accident du travail. 

Il y a quelques jours, Jacques Rondeux m'a emmené dans le Grand Bois à la découverte des jardins du Roi de Rome. 

Comme me l'a rappelé Jacques au cours de notre promenade, la forêt domaniale du Grand Bois située sur les hauteurs de Vielsalm, couvre plus de 1.600 hectares. Cette forêt, que l’on peut qualifier d’expérimentale, est un haut lieu des richesses forestières du pays.

A l'initiative de l'ingénieur Georges Turner, on y a patiemment étudié et mis au point des techniques de transformation des futaies monospécifiques d'épicéas en futaies mélangées d'âges multiples où se côtoient aujourd'hui des semis naturels et des sujets adultes comme l'épicéa, le tsuga, le douglas, le sapin pectiné et le hêtre.

Le Grand Bois abrite également un arboretum créé en 1902. Il comporte des spécimens majestueux, en particulier des espèces résineuses de la Côte pacifique de l'Amérique du Nord.

La zone d'accueil de "So Bechefa" et ses abris pour barbecue ainsi que des promenades balisées sillonnant plusieurs dizaines d'hectares permettent aux touristes et aux amoureux de la nature de se récréer au contact de la forêt multifonctionnelle de demain alliant production de bois, réservoir de biodiversité et ouverture au public.  

Et c’est à Vielsalm que cela se passe. 

L’inauguration de la patinoire a eu lieu ce dimanche 31 janvier 2016.

Anciens et nouveaux membres de l’équipe ainsi que les sponsors ont été remerciés par la présidente de l’ASBL Salm sur Glace, l’échevine Stéphanie Heyden.

Stéphanie a également remercié le personnel communal et les élèves de la section « Climatisation et conditionnement d’air » de l'Athénée royal de Vielsalm-Manhay conduits par leur professeur Frédéric Petit. Sans eux et sans le comité de l’ASBL, pas de patinoire ! 

La patinoire, c’est une activité qui attire beaucoup d’amateurs à Vielsalm et qui permet aux associations qui participent à la gestion de la patinoire et du bar de bénéficier d’une partie des recettes.

Les élèves de la section « Arts plastiques » de l’Athénée royal ont participé, à l’initiative de leur professeur, Murielle Masson, à un concours pour la réalisation de l’affiche de présentation de la patinoire. Leurs beaux projets sont exposés dans le bar, juste à côté de la patinoire. C’est le projet d’affiche de Claire Thiry qui a été retenu. 

Après l’intervention du bourgmestre, pour clôturer le tout, un gâteau préparé par la section « Pâtisserie » de l’Athénée royal a été dégusté par les personnes présentes.

(Bernard et moi, lors du salon des mandataires il y a quelques années...)

Après 20 années riches d’un engagement de tous les instants au service de grandes causes, Bernard Caprasse, Salmien d’origine et de cœur comme chacun le sait, quitte ses fonctions de gouverneur.

Le vendredi 22 janvier 2016, des centaines de personnalités luxembourgeoises ont fêté son départ, en présence du ministre Jan Jambon et du président du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Philippe Courard.

Bernard Caprasse a été à la hauteur de ses responsabilités de gouverneur comme représentant du Roi et des gouvernements dans notre province et comme autorité de tutelle dans diverses matières administratives (police, sécurité routière, sécurtié civile, zone d'incendie, etc.).

Mais il a été bien plus! 

Rien de ce qui peut apporter du bien-être à ses concitoyens comme aux habitants du Bénin, un pays d’Afrique qui lui est cher, n’a laissé et ne laisse Bernard Caprasse indifférent. On ne compte plus ses multiples initiatives pour promouvoir et développer notre province sur tous les plans : social, économique, culturel et éducatif.

(beaucoup d'habitants étaient présents lors de la première assemblée de relance de l'association du village de Ville-du-Bois)

Avec le parler vrai qu’on lui connaît, Ismaël Saidi, l’auteur de la pièce de théâtre « Djihad » déclarait dans un récent interview : « Quand j’entends nos dirigeants parler de « vivre ensemble », c’est une connerie. On vit dans le même quartier ou le même immeuble mais on ne se voit pas, on ne s’aime pas. Ce qu’il faut, c’est « faire ensemble ». C’est décider un soir de cuisiner une quiche et aller sonner à l’appartement du voisin pour lui demander du sel. Puis, lui proposer de venir manger un morceau. Sortir de nos ghettos mentaux. »  Des ghettos qu’en bon Bruxellois, il a rencontrés trop souvent même si, à Bruxelles, on connaît aussi de beaux brassages et échanges interculturels.

Dans les villages salmiens heureusement, le « faire ensemble » existe et se traduit dans de multiples activités sociales et culturelles grâce aux associations et comités de village notamment.

A Ville-du-Bois, des habitants ont décidé de créer une nouvelle ASBL sur les cendres de l’ASBL existante. Ils ont interpellé le bourgmestre et divers mandataires communaux. Des aides financières ont été octroyées à la nouvelle ASBL « Les Cawès » pour lui permettre de démarrer sur des bases saines. 

Mais ces aides ne sont rien sans l’implication d’une équipe de bénévoles de l’ASBL, président et comitards en tête, qui retape, sans compter les heures de travail, la salle du village pour lui redonner le lustre d’antan et, surtout, lui permettre d’accueillir de belles activités festives et culturelles. C’est dans cette salle que je suis monté pour la première fois sur une scène non politique pour y chanter quelques chansons wallonnes. Depuis, l’eau a coulé sous les ponts…

Pages