Actualité

(Voici l’hélico médicalisé dans son nouveau look. Le CMH a déjà eu l’occasion de vous le présenter. Sa bande rouge est du plus bel effet ! Pour ma part, j’ai dû recycler en catastrophe quelques-unes de mes nombreuses photos avec l’aide d’André Laurent, un fidèle supporter du CMH et un pro de la photo et du photomontage !)

Il y a quelques jours, la dernière réunion du conseil d’administration de l’ASBL Centre Médical Héliporté de Bra-sur-Lienne a été notamment consacrée à un échange de vues sur l’activité médicale du CMH (avec un exposé du médecin spécialiste Didier Moens, responsable médical du CMH) et sur la gestion informatique de l’ASBL (avec un exposé de Samuel Stipulante, infirmier spécialisé en aide médicale urgente et en… informatique).

L’activité médicale du CMH

J’ai notamment retenu de l’exposé de Didier Moens que l’expertise médicale du CMH est appréciée tant en Belgique qu’à l’étranger. Ainsi, Didier Moens et Olivier Pirotte (infirmier spécialisé en aide médicale urgente et coordinateur opérationnel du CMH) donnent régulièrement, comme d’autres membres de l’équipe, des formations dans des centres universitaires notamment et participent à des colloques internationaux sur l'aide médicale urgente.

Ils peuvent s’appuyer sur une expérience de longue date et sur une analyse scientifique pointue de l’activité de l’ASBL de Bra-sur-Lienne.

Ainsi, une étude sur l’infarctus en milieu rural reposant sur des centaines de cas de patients pris en charge par le CMH a démontré – s’il en était besoin – l’utilité de l’hélico médicalisé comme vecteur rapide et efficace de prise en charge. Cette étude a été publiée dans la plus importante revue internationale de médecine d’urgence.

(Pour illustrer mon édito, j'ai retenu une photo (prise il y a quelques années) de la Royale Concordia nous offrant l'aubade à Salmchâteau, à proximité du musée du coticule et des sculptures monumentales d'Anne-Marie Klénes) 

C’était en l’église de Salmchâteau ce samedi 28 novembre 2015. Des morceaux choisis de musique sacrée et de musique profane ont élevé les esprits et les âmes grâce aux belles prestations de l’Ensemble instrumental Royale Concordia et du Choeur Saint-Servais.

Une mention spéciale pour le Chœur Saint-Servais dirigé par Maria Nottet dont les voix nous ont offert des harmonies délicates et finement ciselées ! Il était accompagné à l’orgue par Marc Nottet.

La Royale Concordia au grand complet a également comblé les attentes. Au grand complet ? Enfin, presque puisque, pour la première fois depuis des dizaines d’années, Raymond et Michelle Lemaire n’étaient pas présents parmi les musiciens. 

C’est que Michelle se bat contre la maladie et Raymond n’avait pas, comme on dit, le moral pour se joindre aux musiciens. Non sans un pincement particulier au cœur car cela fait plus de 60 ans qu’il fait partie de la Royale Concordia dont il est le président et qu’il rend hommage chaque année, avec ses amis musiciens, à  sainte Cécile, leur patronne.

Photo Bernard Lorquet

(Photo Bernard Lorquet)

Que de sentiments mélangés, ces jours-ci !

Comme tant d’autres, c’est la gorge nouée et les larmes aux yeux que j’ai vu ou revu ce dimanche soir les images d’une soirée d’horreur à Paris et les visages de tant de jeunes victimes des commandos de Daech.

Émotion aussi devant les manifestations individuelles ou collectives de compassion et de solidarité envers les victimes et leurs proches.

Révolte à la pensée que cet État islamique est le fruit d’interventions calamiteuses du monde occidental au Moyen-Orient depuis 2003 (pour ne pas remonter trop loin…) et du soutien de Bachar El Assad et d’autres dictatures arabes.

Révolte évidemment devant la complaisance du monde occidental envers ces dictatures et pays complices de Daech, une complaisance souvent dictée par les intérêts économiques du grand capital.

Révolte aussi devant les réactions de l’extrême droite – mais pas seulement, hélas – pratiquant l’amalgame entre ces combattants de l’État islamique et des citoyens belges ou français de religion musulmane et remettant en cause notre devoir d’accueil des demandeurs d’asile.

Crainte enfin – même si la priorité est de protéger nos concitoyens contre de tels actes terroristes et s’il nous faut éviter tout angélisme – de voir se développer certaines mesures de sécurité publique remettant en cause des droits fondamentaux sans résultat probant sur les causes et l’origine de ces actes terroristes.

(A la fin de cet édito, vous trouverez une vidéo dans laquelle le docteur Luc Maquoi, fondateur du service médical héliporté de Bra-sur-Lienne plaide en faveur de ce service. L'hélico que montre la vidéo est un Sikorsky de la firme allemande Wiking, le Spirit of St-Luc, le premier hélico mis en service à Bra et auquel succéderont le Spirit of St-Luc 2 et ensuite le Spirit of St-Luc 3, des hélicos EC 145 fabriqués par la firme Eurocopter et loués au CMH par la firme ostendaise NHV.) 

Outre son site http://www.centremedicalheliporte.be, le Centre Médical Héliporté de Bra-sur-Lienne dispose depuis d'un blog qui fourmille d'informations intéressantes et actualisées: http://www.lurgencecestvous.be. 

Ainsi, on y apprend que pendant la période estivale, l'hélico médicalisé et ses équipes sont intervenus plus de quatre fois par jour essentiellement pour des missions primaires, sur les lieux d'un accident ou pour porter secours à une personne victime d'un grave problème de santé, sur les instructions exclusives du service 112. Ce dernier choisit toujours le mode d'intervention et de transport (héliporté ou terrestre) le plus adéquat en fonction de l'état du patient.

Voici une autre info glanée sur le blog à propos des 136 interventions du mois de juillet 2015: le temps de vol réel moyen est de 24 minutes par mission (décollage, atterrissage, transport et retour à la base compris). Et comme le souligne le CMH: "l’hélico du CMH permet de tout opérer dans un délai de temps très réduit. Difficile d’assurer une prise en charge plus rapide que cela, notamment par la route, en tenant compte que le CMH transporte ses patients immédiatement dans l’hôpital le plus adapté pour leur traitement. Ce n’est pas toujours l’hôpital le plus proche. Un vrai gain de temps pour le patient, pour certaines pathologies."

(Le pont Madeleine et, au loin, les ruines du château des comtes de Salm. Dessin de Victor Hugo lors de son passage à Salmchâteau...)

« Sur les traces de Victor Hugo en Belgique », c’est le titre du dernier ouvrage de Jean-Michel Bodelet dont il a présenté la teneur à un public manifestement sous le charme d’une causerie érudite et bien agréable.

On connaît Victor Hugo par ses chefs-d’œuvre, son humanisme et la grandeur d’âme dont il a fait preuve tant de fois, ses combats pour les États-Unis d’Europe, la liberté et la justice, ses combats contre l’esclavage et la peine de mort…

Bien sûr, il avait aussi son ego, ses préférences et ses caprices. Sur sa table de chevet ou sur son bureau, pouvaient se côtoyer une oeuvre en cours d'écriture et un carnet où il notait ses menues dépenses de la journée ou sa déception de ne pas avoir été reconnu à tel ou tel endroit !

Ce sont les multiples facettes de ce grand écrivain visionnaire et monument de la mémoire universelle, que Jean-Michel Bodelet nous a rappelées en nous faisant parcourir la Belgique avec lui, au cœur de la question sociale et de la révolution industrielle.

Une personnalité dont les pensées, les faits et gestes doivent aussi être appréciés dans le contexte de l’époque, a souligné Jean-Michel Bodelet, comme il l’avait déjà fait il y a quelques mois, lors de sa conférence sur la collaboration dans notre région.

Nul doute qu’aujourd’hui, Victor Hugo prendrait fait et cause pour les réfugiés qui fuient la mort, la torture et la misère.

À Salmchâteau, ce samedi 26 septembre 2015, le Syndicat d'initiative de Vielsalm nous a offert une belle balade musicale. Emmenés par le musicien Marc Nottet et son groupe Belarduen, des touristes accompagnés de quelques « locaux » ont fait de belles découvertes. 

Marc Nottet ne s'est pas contenté d'assurer l'animation musicale, il a aussi servi de guide et commenté une promenade musicale qui nous a notamment conduits du pont Madeleine (illustré par Victor Hugo) aux tours du château des comtes de Salm avec, comme toujours, l'accueil chaleureux de la propriétaire des lieux, Madame Anne De Bremaecker . Un seul regret: le soleil s'est éclipsé une bonne partie de la promenade.

Sur le plan musical, on a eu droit à la belle chanson wallonne « Li p'tit banc «  (Emile Wiket), un classique du répertoire que Belarduen a interprété près du... pont Madeleine et dont voici un extrait:

« Tot près dè vî pont, i-n-a-st-on p'tit banc

Wice qui dj'a sovint miné m' binamêye,

On banc come in-ôte, wice qui lès galants

Minèt leû moncoeûr qwand l' nut' èst toumèye... »

Un pont et un petit banc qui ont accueilli les premières amours de bon nombre de jeunes Samiôts comme Jacques et Dédée ainsi que j’avais eu l’occasion de le souligner lors d’un mémorable anniversaire…

 

(Photo via FB Amnesty International Belgique)

Bien entendu, il y a les définitions: réfugiés, candidats réfugiés ou demandeurs d'asile. Pour faire simple, même s'ils n'en ont pas encore le statut juridique, j'utiliserai le terme "réfugiés" et en tout cas pas celui de "migrants" (ce terme passe-partout qui ne sert qu'à masquer la réalité).

Avant d’en arriver aux propos de Théo Franken, secrétaire d’État à l’asile et aux migrations, je dois bien avouer que ce qui m'est le plus dur à supporter, ce sont les propos de celles et ceux qui estiment que l'on délaisserait nos pauvres, nos handicapés ou nos SDF pour donner la priorité aux réfugiés. 

Comme si, s'agissant de personnes en difficulté majeure, un groupe pouvait avoir le pas sur l’autre; comme si toute action solidaire bien comprise ne tirait pas la société vers le haut, comme si le respect des droits de l’homme et des traités internationaux était à géométrie variable. 

Ce n’est pas évident de faire partager ce point de vue quand l’exclusion augmente, que la pauvreté s’étend et que des attentes légitimes sont loin d’être satisfaites ! 

Et donc, « des tentes trop douillettes pour les réfugiés », c’est ce que Théo Franken, a osé déclarer lorsqu’il a appris qu’une petite vingtaine seulement de demandeurs d’asile sur les centaines qui logent sous tente dans le parc Maximilien près de l’Office des étrangers à Bruxelles, s’étaient présentés pour passer la nuit dans de grands dortoirs mis à leur disposition.

(Photo via FB Khadija ben guenna) On n’attendait pas de ce ministre de la N-VA qu’il dénonce ce qui manquait à ces grands dortoirs : un peu d’intimité, un bon accueil et des personnes bienveillantes autour d’eux, des sanitaires et des douches convenables, la possibilité d’y rester le jour et de garder près de soi ses maigres bagages de réfugiés, etc.

Et Théo Franken d’ajouter encore : « Que voulez-vous que je fasse de plus ? Il faut leur offrir l’hôtel peut-être ? »

Une réponse méprisante qui ne manquera pas d’alimenter le populisme et le racisme ambiants et qui en dit long sur la conception des droits de l’homme de ce ministre du gouvernement de Charles Michel, un premier ministre qui va sans doute le laisser dire, une fois de plus…

(L'expo "Ave Luia" a eu lieu dans les belles salles d'exposition de La "S" Grand Atelier à Rencheux-Vielsalm)

Elle était organisée à Vielsalm par l'ASBL La "S" Grand Atelier, née dans le giron de l'ASBL Les Hautes Ardennes et s’est terminée le 17 juillet 2015.

Vous ne l’avez pas vue ? Tant pis ! Il vous reste à visiter la galerie photo de salm.be pour en avoir une petite idée.

Ou alors, rendez-vous à Paris à l’Espace Abcd, une galerie d’art qui contient une importante collection privée d’art brut. Elle accueillera « Ave Luia » en octobre après avoir accueilli l’expo « Champs de Bataille » (œuvres d’Éric Derkenne, résident de l’ASBL Les Hautes Ardennes et artiste de La « S » Grand Atelier. Éric est malheureusement décédé il y a quelques mois). L' ASBL La « S » Grand Atelier sera également présente à la foire artistique « Outsider Art Fair » à Paris en octobre 2015.

(L'artiste Irène Gérard devant ses portraits de papes) L’exposition « Ave Luia » présente des oeuvres nées d’un travail collectif d'artistes handicapés mentaux (dits outsiders) et non handicapés (dits contemporains)autour de la thématique de la religion. Ce travail collectif se poursuit toujours et enrichira de nouvelles œuvres l’exposition d’octobre à Paris. Un nouveau projet a démarré cet été: "La Bible Dorée", une relecture de la bible gravée de Gustave Doré.

On évoque souvent les œuvres produites par des artistes handicapés mentaux (porteurs d'un handicap, comme on dit aujourd'hui) ou souffrant de troubles de la santé mentale, comme relevant de l’art outsider, brut, en marge ou différencié,  une manière de souligner, selon certains, que ces artistes ont échappé aux normes académiques, au conditionnement culturel et au conformisme social.

« Ces auteurs ont produit pour eux-mêmes, en dehors du système des beaux-arts, des œuvres issues de leur propre fonds, hautement originales par leur conception, leurs sujets, leurs procédés d’exécution, et sans allégeance aucune à la tradition ni à la mode. » (Michel Thévoz, « L’Art Brut », Genève, Skira)

MAIS… « Nulle « extériorité radicale», donc, nul « exotisme » et nul imaginaire d’un monde expressif qui serait étranger à la culture, mais des dispositifs de création, mais des modes d’expression, mais des identités artistiques d’une extrême richesse et dont le caractère singulier – la beauté, la force, l’énergie -, procède autant de l’écart dont ils témoignent que des liens qui les nourrissent. La périphérie culturelle où paraissent se tenir les créations du Créahm est aussi le lieu privilégié d’où le centre est interrogé et rendu visible ! » (Présentation du projet artistique, sociétal et culturel du Créahm sur www.creahm.be)

Loin du bruit et de la fureur du monde, la journée du lac, paisible, ensoleillée, dansante et conviviale a séduit beaucoup de touristes et de familles salmiennes.

(Début du sabbat: les macralles préparent leur chaudron magique...)

A Vielsalm, le 20 juillet 2015, le sabbat des Macralles du Val de Salm nous a donné l’occasion d’apprécier une fois de plus la saveur de notre langue wallonne.

Certes, les touristes de Flandre et d’ailleurs n’ont pas pu saisir tout le piquant des expressions imagées qui ont fleuri tout au long du sabbat. Pour eux, il y avait quand même le plaisir des yeux avec une mise en scène haute en couleurs et en rebondissements.

(les "Neurès bièsses" accueillent le "Neûr Bo")

Paul Bolland, gouverneur honoraire de la Province de Liège, connaît remarquablement bien le wallon liégeois (dont le nôtre est très proche) et aurait apprécié ce sabbat. Que les Macralles saisissent l’une ou l’autre occasion pour l’inviter, si je puis me permettre une telle suggestion ! 

(Le Théâtre des Travaux et des Jours sous le kiosque...)

Bitume sur Salm, le festival international et social de théâtre de rue a fêté son 20e anniversaire avec éclat à Vielsalm.

« Sous le bitume, des graines » était le slogan retenu pour cette 20e édition. Des graines qui, en 20 ans, ont fait des petits et un slogan qui est aussi une manière de rappeler celui de mai 68 « Sous les pavés, la plage ».


 (À la terrasse de la librairie Le Rat des Champs, on a eu droit au récital de Pascale Delagnes (« Mademoiselle Joséphine ») qui nous a régalés avec de belles chansons populaires comme « Tel qu’il est, il me plaît », « La java bleue », « Mon amant de St-Jean » et bien d’autres…)

Bitume n’est pas un festival comme les autres. Le simple divertissement s’y mêle aux spectacles engagés, le tout dans une ambiance cool et solidaire.

Comédiens et musiciens ont assuré plus de 60 représentations. 

Du divertissement et de l’humour certes, mais qui provoquent aussi la réflexion sur les dérives de la société et sur une certaine déliquescence des droits humains. Ainsi, Monsanto et ses OGM en ont notamment pris pour leur grade…

L’ASBL Le Miroir Vagabond porte Bitume sur Salm

Cette ASBL a été créée en 1981 par Christine Mahy toujours en première ligne lorsqu’il s’agit de culture pour tous, de partage et de solidarité, de combats pour une société plus juste et plus égalitaire.

Christine Mahy est à présent l’infatigable et pugnace secrétaire générale du Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté

Voici quelques nouvelles du Centre Médical Héliporté de Bra-sur-Lienne glanées dans les communiqués du CMH et lors de la dernière séance du conseil d’administration.

Le SMUH (le service médical d’urgence par hélicoptère) du CMH de Bra-sur-Lienne a effectué 1002 missions en 2014 dont 894 missions primaires (des missions assurées sur réquisition du service 112 qui a considéré l’hélico médicalisé du CMH comme moyen de secours le plus rapide et le plus adapté).

Si l’on ajoute les interventions avec le SMUR terrestre, c’est un total de 1131 missions qui ont été réalisées en 2014 par le CMH dont 798 en Province de Liège, 319 en Province de Luxembourg et 14 en Province de Namur.

(Photo page FB Centre Médical Héliporté) L’hélico est mobilisé pour les situations les plus graves selon les indications recueillies sur place et transmises au service 112 (l'hélico et son équipe ne peuvent quitter Bra-sur-Lienne sans le feu vert du 112).

Où se pose l'hélico du CMH en intervention ? À moins de 100 m du patient dans 85 % des cas. Et 6 fois sur 10, le pilote atterrit avec l'équipe médicale au même endroit que les autres services de secours. 

 Quand on fait le bilan médical des interventions de l’année écoulée, un indicateur ne trompe pas, celui des intubations andotrachéales. En 2014, le taux de patients dont l’état lors de la prise en charge médicale a nécessité une intubation endotrachéale est de 16 %. Ce taux est largement supérieur à la moyenne enregistrée au niveau du pays par les SMUR (terrestres). 

 Le coût de l’intervention de l’hélico

Le coût d’une intervention se calcule à la minute de vol réel. Au rapport d’activité 2014, elle affiche un compteur de 110,59 euros. Ce montant est le rapport mathématique entre l’enveloppe totale des charges de fonctionnement du service (trois millions d'euros) et le nombre d’heures de vol effectuées en cours d’année. 

La durée moyenne d’une mission en hélicoptère est de 28 minutes. Le coût réel moyen de chaque mission est de 3095 euros.

Le samedi 30 mai 2015, à  l’occasion du 60e anniversaire du groupement des macralles du Val de Salm, le Manneken-Pis s’est vu offrir un costume de macralle. Il était temps de renouveler le costume offert le 31 août 1963 !

Pour l’occasion, les macralles accompagnées par « li Neûr Bo » et « l’èmacralé » (notre garde-champètre ou « champète ») sont descendues en force sur la Capitale, à la grande surprise de nombre d’habitants et de touristes.

Sur place, la délégation salmienne a été reçue par d’éminents représentants du folklore bruxellois, des membres de l’Ordre des Amis de Manneken-Pis et de l’« Orde van de Brusselse Moestasje ».  

(Les « neurès bièsses » en ont profité pour introniser « baron des Frambâches » Edmond Vandenhaute, président de l’Ordre des Amis de Manneken-Pis et le ministre wallon René Collin)

René Collin et Edmond Vandenhaute sont tous les deux passés par les épreuves habituelles : ils ont dégusté « li tcha-tcha » et enfourché « li ramon » pour prononcer la phrase rituelle qui fait des intronisés des emmacrallés pour toujours : « Sôte, Mirôte, oût hayes èt bouchons ! ». 

Cette dernière épreuve s’est révélée bien difficile pour Edmond Vandenhaute, « echte Brusseleir » s’il en est, mais bon, la Grande macralle qui veillait au bon déroulement de cette intronisation n’a pas été trop exigeante.)

Avant de boire un petit « hèna », il y a eu les discours ventant les attraits de Vielsalm et un bel échange humoristique entre le « champète » et le président de l’Ordre des Amis de Manneken-Pis.

(A gauche, Ino Van Swieten, le directeur du Sunparks-Ardenne de Vielsalm lors de la visite du ministre René Collin à Vielsalm, le 15 mai 2015)

Si l’on en juge d’après les nuitées touristiques déclarées (dernier chiffre annuel connu : 369.000 nuitées), Vielsalm détrône Durbuy de la première place au top des communes touristiques luxembourgeoises !

Outre les hôtels, les gîtes, les secondes résidences et les campings, ce sont évidemment nos villages de vacances (« Les Doyards » de la société Ourthe et Somme et surtout le Sunparks-Ardenne de la société Pierre et Vacances) qui fournissent le plus gros des nuitées.

L’ancien bourgmestre Marcel Remacle a laissé évidemment une empreinte marquante sur le développement touristique salmien en parvenant à concrétiser deux grands projets : l’aménagement du plan d’eau et la création du village de vacances de Golonfa qui deviendra par la suite le Sunparks et, demain, le Center Parks de Vielsalm.

Des opérateurs comme le Syndicat d’initiative et la Maison du tourisme font une promotion efficace de notre commune et de ses attraits touristiques caractéristiques de la Haute Ardenne comme son relief tourmenté, ses forêts, ses rivières, ses beaux villages et ses tables accueillantes.

Le comité des fêtes, l’association des commerçants et bien d’autres acteurs du secteur associatif créent des événements et des animations qui attirent également les touristes.

Et tout cela avec l’aide des instances communales, de l’Agence de Développement Local et, bien entendu, de la Région wallonne dont les différents ministres du tourisme, MR, PS ou Cdh, ont bien soutenu les projets locaux !

Dernier dossier ayant fait l’objet d’un subside conséquent de la Région wallonne : celui de l’aménagement en maison du terroir du corps de logis attentant à la Maison du tourisme et qui bénéficiera d’un subside de 175.000 euros, comme l’a annoncé, entre autres bonnes nouvelles, le ministre René Collin lors de sa visite à Vielsalm le 15 mai 2015.

L’avenir de nos villages de vacances

Les deux villages sont à la croisée des chemins. S’il est trop tôt pour évoquer les changements qui pourraient intervenir pour le village d’Ourthe et Somme, on en sait un peu plus sur l’avenir du Sunparks-Ardenne de Vielsalm.

(De gauche à droite, Monique Lignoul, Bernadette Crahay et Isabelle Grandjean, trois gourmandes amoureuses de leur village et de ses habitants)

La bibliothèque publique de Vielsalm et les échevines Nele De Corte et Stéphanie Heyden recevaient ce jeudi 23 avril 2015 les auteures du livre « Petit-Thier au cœur et au ventre » (Bernadette Crahay, Isabelle Grandjean et Monique Lignoul) ainsi que l’écrivaine Christine Van Acker.

Le livre de nos trois auteures salmiennes n’est pas seulement un livre de belles recettes inscrites dans le cœur et l’histoire personnelle d’une cinquantaine d’habitantes et d’habitants de Petit-Thier, de tous les âges ou presque.

C'est aussi un livre de saveurs et d’émotions partagées dans bon nombre de cuisines du village car, pour toute une série de recettes, nos trois gourmandes et le ou les cuistots de service sont passés de la théorie à la pratique, dans une ambiance chaleureuse et conviviale, évidemment !

 Au fil des pages illustrées de belles photos montrant les plats confectionnés et les habitants à l’ouvrage, de petits conseils et des astuces complètent les recettes, le tout accompagné d’anecdotes et récits personnels.

La grande foule est toujours au rendez-vous du comité de soutien « Spirit of St Luc » de Durbuy –Tohogne présidé par Jean Maquoi.

Il est vrai que le CMH, le Centre médical Héliporté de Bra-sur-Lienne, est un service unique en son genre en Belgique qui n’a plus à faire ses preuves tant ses nombreuses interventions sont efficaces et appréciées.

La contribution de la population via les dons, les cartes d’affiliation ou des activités de soutien reste indispensable pour permettre à l’ASBL de Bra-sur-Lienne de boucler son budget !

À Tohogne, comme chaque année, vous pourrez apprécier un bon repas, des démonstrations de bûcheronnage et de sculptures à la tronçonneuse et des démonstrations de désincarcération et sauvetage par les pompiers de Hamoir. D'autres animations vous attendent: baptêmes de l’air (hélico Robinson), jeux de cirque, activités musicales et sonneries de cors de chasse, expositions, etc., etc.

Un nouveau moteur pour l’hélico EC 145 et une excellente collaboration avec la firme NHV

Comme on le sait, l’hélico a subi une panne de moteur, il y a quelques semaines. L’excellente collaboration avec la firme NHV (Noordzee Helicopters Vlaanderen) a permis de faire face rapidement à cet incident grâce à la mise à disposition d’un hélico de remplacement et à la remise en état de l’EC 145.

(Arnold Arimont entouré d'anciens lauréats, Mourad Chebil, Caroline Michaud-Nérard, Alain Marichal, Frédéric Langer et Raphaël Pirnay)

Pour rappel, le Fonds Benjamin Lorcé a été créé au sein de la Fondation Roi Baudouin, en 2008, à l’initiative de Madame Anne De Bremacker, pour perpétuer le souvenir de Benjamin, une jeune et belle personnalité trop tôt disparue dans un tragique accident du travail. Il met à l'honneur et soutient chaque année « une personne particulièrement travailleuse et entreprenante qui exerce son activité dans les secteurs de l'horticulture, de la sylviculture ou des parc et jardins ».

Le Prix Benjamin Lorcé 2014 a été remis ce samedi 28 février 2015 à Arnold Arimont, un bûcheron de Burg-Reuland . Il succède à Mourad Chebil, lauréat du Prix 2013, que je vous présenterai également dans le cadre de cette chronique.

Arnold Arimont, prix Benjamin Lorcé 2014

Le Prix Benjamin Lorcé 2014 n’est pas seulement attribué à un bûcheron de valeur, un as de la tronçonneuse tant dans son métier que comme sculpteur sur bois, titulaire de nombreux prix.

Son lauréat a aussi été la victime d’un accident du travail aux conséquences graves. Amputé d’une jambe, il a été hospitalisé pendant plusieurs mois avant de passer à une nouvelle étape : la revalidation. Le Prix l’aidera à réussir sa revalidation et à réorganiser sa vie et son environnement.

Incroyable ! Il y a quelques jours, je me suis baladé dans le Grand Bois et même là, j’en ai croisé une. C’est de justesse que j’ai échappé à quelques bons coups de balai.

Je rassure le touriste qui d’aventure me lirait : les macralles s’en prennent surtout aux Salmiens !

Certains Salmiens ont d’ailleurs intérêt à faire gaffe : on va souvent voir les macralles dans les rues cette année. 60 ans ou 60 balais, ça se fête !

La première activité du 60e anniversaire a été une belle réussite.

Le samedi 7 février, les macralles ont fait le tour des maisons de Vielsalm pour récolter les œufs qui leur ont permis de préparer une succulente omelette et de l’offrir aux nombreux habitants et invités qui avaient répondu présents à leur invitation, place de Salm ! Une fameuse ambiance !  

J’en ai rencontré quelques-unes en rue. Elles ont voulu faire une photo avec leur ancien mayeur. Je ne me suis pas méfié de leur empressement.

C'était un piège! J’ai été de nouveau victime d’un mauvais sort. Le soir, j’ai perdu mes lunettes ; le reste va suivre, je le crains… Je suis plus emmacrallé que jamais !

Voici l’agenda de quelques belles manifestations parmi d’autres à l’occasion de leur soixantième anniversaire…

Dimanche 1er mars 2015: cortège à Waremme

(« LA RENAISSANCE EN TERRE DE SALM » de Georges BENOIT, photographies de Georges ANTOINE, couverture de Simon BOMBOIR)

Robert Nizet, dans une chronique publiée récemment dans l’Annonce de Vielsalm, a attiré l’attention des lecteurs de notre hebdomadaire sur le livre que Georges Benoit, digne successeur de Gaston Remacle et Philippe Lejeune, vient de consacrer à une belle page d’histoire de la terre de Salm.

Avec ce livre, on plonge dans la grande histoire, celle de la Renaissance et de ses bouleversements majeurs, culturels notamment, mais on s’immerge aussi dans la vie des Salmiens et, comme le souligne le Gouverneur Bernard Caprasse dans sa préface, « par touches successives, le caractère, les croyances, les mœurs, les rapports à l’autorité des Salmiens de l’époque se dévoilent. »

Et notre Gouverneur de poursuivre : « Dans des paysages dont la beauté se devine (elle est éloignée de celle de l’Ardenne d’aujourd’hui, vouée à l’épicéa), riches d’une faune disparue, un peuple se meut, attachant, roublard, frondeur, procédurier en toutes ses classes sociales au point que le Comte Werner (1545-1629), né à Salmchâteau, figure emblématique de l’ouvrage, se plaindra d’avoir dû soutenir des centaines de procès ! Un peuple majoritairement illettré pourtant, dont seuls quelques-uns s’instruisirent par exemple à Trêves ou à Cologne. »

Bernard Caprasse ne tarit pas d’éloges à l’égard de Georges Benoit : « Quatre ans de recherches ! Il convient de lui témoigner ensemble notre reconnaissance ! Sans esbroufe, avec patience, il nous livre un travail abouti sur la terre de Salm à la Renaissance. Il nourrit notre histoire. Il nous permet de comprendre le présent (…)

De belles et émouvantes commémorations de la Bataille des Ardennes ont eu lieu à Vielsalm ces derniers jours à l’initiative des autorités communales et du Club Salm River Chapter C47 notamment. Elles ont été l’occasion de mettre à l’honneur une fois de plus nos libérateurs et de célébrer la mémoire des victimes civiles et militaires de la Guerre 40-45.

J’ai choisi, pour leur rendre hommage, une photo du grand photographe Tony Vaccaro

Tony Vaccaro a servi au sein de la prestigieuse 83e division d’infanterie américaine (la « Thunderbold Division »).

Cette division a connu les rudes combats de l’Offensive des Ardennes dans les forêts et les prairies qui entourent les villages de Langlire, Ottré, Bihain et Regné notamment, à proximité de la Baraque de Fraiture, après avoir participé au débarquement de Normandie et à bien d’autres batailles.

(Rencheux, 18 décembre 2014. Après la présentation et le pliage protocolaires du drapeau américain par des membres de la garde d'honneur, le drapeau est remis au bourgmestre. Un cérémonial toujours très impressionnant, faut-il le dire!)

Tony Vaccaro, soldat et photographe de la  83 rd a immortalisé ces combats dramatiques et bien d’autres. Il a été reconnu comme meilleur photographe de la Guerre 40-45. Au lendemain de la guerre, il  est devenu un photographe professionnel admiré aux États-Unis et dans le monde entier.

Ses photographies ont fait le tour du monde comme « White Death » qui nous montre le corps d’un soldat américain tué au combat sur les hauteurs d’Ottré le 11 janvier 1945. Tony a pris cette photo le lendemain. Par la suite, il découvrira l’identité de ce soldat : c’était son ami Henry I. Tannenbaum.

Pages