Conseil communal du 3 décembre 2012

Voici mon compte-rendu tel qu'il a été publié dans l'Annonce de Vielsalm du 14 décembre 2012.

Installation du nouveau conseil communal et du nouveau Collège communal. Adoption du Pacte de majorité

À l'ordre du jour de la séance figurent des points techniques concernant la validation des élections par le Collège provincial, la vérification de l'absence d'incompatibilité, la vérification des pouvoirs des conseillers communaux et leur prestations de serment, la prestation de serment du bourgmestre et des échevins, la désignation des membres du Conseil de l'action sociale et l'élection des membres du Conseil de police.

Prestations de serment et débats

Les prestations de serment tant des membres du Conseil communal que des membres du Collège communal ont lieu dans un climat bon enfant mais l’émotion est palpable chez les conseillers comme dans le nombreux public ! Chaque prestation est ponctuée de chaleureux applaudissements, faut-il le dire !

(Prestation de serment d'Emmanuelle Defourny. Photo Colette Cremer)

Cette séance a donné lieu à quelques interventions et répliques dont je vous livre l’essentiel ci-après.

Le bourgmestre Elie Deblire : « Je félicite bien entendu les nouveaux venus et je rappelle que 57 autres candidats étaient bien présents à nos côtés. Ils ont osé se présenter et nous ont aidés à être ici ce soir.

La majorité sortante sort renforcée. Je remercie la liste Mayeur pour la bonne collaboration, la loyauté et le bon travail que nous avons effectué ensemble.

Au sein de ce conseil, nous avons tous été amenés à travailler pour le bien commun et nous avons eu des débats toujours corrects, respectueux des idées de chacun.

Je formule le voeu que chacun puisse exercer son mandat avec sérieux, bonne humeur et respect de tous. »

François Rion : « Le nouveau collège est assez éloigné de la politique que nous proposions au travers de notre programme et de ce que nous avons fait dans la minorité.

On se demande souvent, chez Ecolo, si nous sommes vraiment faits pour la politique car quand d'autres partis proposent le contraire de ce que nous prônons, électoralement, ça marche pour eux. »

S'adressant à Elie Deblire, François Rion poursuit : « Pendant la campagne, vous avez souvent souligné que votre liste était menée par un homme fort, et cela a marché, alors que nous pensons que cet homme fort cumule trop de mandats. Il faut croire que l’on a tort, au vu des résultats. Cette multitude de mandats que vous cumulez nous gêne.

Je rappelle que notre vision de la politique économique s'oppose à celle de l'homme fort de la majorité. Votre politique est celle d'un autre âge.

Nous, nous évoquons la simplicité volontaire, la prospérité sans croissance et vous, vous proposez le contraire ! »

François Rion n‘en reste pas là et se lance dans une envolée dont il a le secret : « Force est de reconnaître que c'est à un triomphe, un couronnement que nous avons assisté.

C'est un pontificat qui s'ouvre. Nous devons nous rendre à la raison, nous avons un pape à Vielsalm ! Pas Dieu car Dieu est à Bastogne ou il installe son conseil communal.

Les idées d’Ecolo marchent quand ce sont les autres qui les proposent.

Ainsi, quand un candidat,  pressenti à la Présidence du CPAS et futur Echevin de l’Agriculture, écrit à des agriculteurs qu'il soutient l'agriculture bio, cela ne nous gêne pas. Notre programme est open source !

Pendant 12 ans, nous avons participé aux projets qui nous paraissaient bons ; nous continuerons à soutenir des projets mais aussi à nous opposer aux projets qui ne nous conviennent pas, avec le plus de fermeté possible.

Les échevins proposés aujourd'hui ne sont pas des idiots. Il est possible que les anciens, les jeunes et les revenants mêmes puissent faire du bon travail à condition que vous nous écoutiez un peu plus souvent. »

N’hésitant pas à combiner audacieusement le subjonctif plus-que-parfait et le subjonctif imparfait, François Rion ajoute : « Ecolo aurait voulu faire un siège de plus. Encore eût-il fallu que d'autres fissent moins… »

Mais il termine plus raisonnablement : « On va simplement s'abstenir sur le pacte de majorité. »

Antoine Becker évoque ses 30 années de travail au service de la Commune et ses six années de mandat de conseiller communal. Il poursuit : « Notre groupe a travaillé en toute loyauté avec la majorité. Il y a bien eu quelques débats qui ont été houleux, mais ils ont toujours été constructifs.

Nous continuerons dans cette optique. Ce qui m’a parfois choqué, c’est que nous propositions des points le 1er janvier et vous étiez contre et puis en décembre, la majorité les approuvait. »

Christophe Bleret : « Je rejoins les propos d'Antoine Becker. Je remercie également les électeurs et félicite le bourgmestre et sa liste. Je m'abstiendrai lors du vote sur le pacte de majorité.

Pour moi, il y a un problème. Je m'adresse non pas à l'homme, mais au bourgmestre-président d'Idelux. J'estime qu'au moment où l'on parle de bonne gouvernance et de chasse au cumul des mandats, il y a un souci.

Je vous avais proposé que lorsque devaient être débattus des points concernant Idelux, vous puissiez vous abstenir de présider les débats pour éviter toute suspicion de conflit d'intérêts.

Je pense par exemple au dossier de la turbine hydroélectrique dans lequel il y a manifestement eu un conflit entre les intérêts d’Idelux et ceux de la Commune. »

Jacques Gennen : « En tout cas, s’il y a un pape à Vielsalm, nous ne contenterons pas d’être ses diacres !

Je vous adresse bien entendu mes félicitations, Monsieur le bourgmestre, à vous et à votre équipe. Je félicite en particulier les jeunes qui nous rejoignent. Je ne doute pas que ce coup de jeune va booster notre conseil et nos débats.

Je remercie bien sûr aussi les électeurs qui nous ont fait confiance et celles et ceux qui ont été à nos côtés pendant la campagne électorale et qui n’ont pas été élus.

Lorsque le bourgmestre nous a proposé de rejoindre la majorité, nous avons longuement hésité.

Nous avons finalement choisi de faire partie de cette majorité plutôt que de nous cantonner dans une opposition qui aurait pu être stérile à bien des égards…

Il est vrai que pendant les six années écoulées, les deux groupes ont été animés d’un grand respect mutuel et ont défendu ensemble beaucoup de dossiers. Qui plus est, nos programmes se ressemblent.

Cela dit, et je parle au nom des membres du groupe mayeur, il n'est pas question pour nous d'être la cinquième roue de la charrette.

Nous défendrons bien entendu nos idées et nos valeurs dans le respect du partenaire.

Je veux aussi souligner combien c'est important pour Vielsalm d'avoir une majorité forte qui dispose de bons relais auprès des autorités de tutelle et qui défend l'intérêt général. »

(Photo Colette Cremer)

Elie Deblire, après un clin d’œil à Jacques Gennen (« Rassure-toi, Jacques ! Les plus proches du pape, ce ne sont pas les diacres, mais les cardinaux ! ») répond aux différents intervenants : « Jacques Gennen a souvent rappelé que beaucoup de dossiers avaient été initiés lorsqu'il était bourgmestre. Nous les avons finalisés ensemble.

D'autres ont été lancés ensemble. Nous souhaitons bien entendu poursuivre dans cette voie.

Quant au programme d’Ecolo, François, bien sûr nous en avons pris connaissance et il est alléchant à certains égards.

Nous ne manquerons pas d'en tenir compte pour notre déclaration de politique communale, de même que celui de la liste « Intérêts communaux ».

Je reconnais aussi l'action positive de la minorité.

C’est vrai que quelques thèmes nous opposent à Ecolo, essentiellement concernant le développement économique, nous ne serons jamais d’accord à ce sujet mais cela ne nous empêche pas de prendre le verre de l’amitié.

Cela dit, je reconnais la qualité de tous les membres du Conseil communal. Il y a de l'expérience, du dynamisme et de la jeunesse dont on peut être fiers. »

Elie Deblire répond ensuite aux allusions concernant l'homme fort et le président d'Idelux : « C'est vrai que notre campagne s'est appuyée sur l'idée qu'il fallait un homme fort à Vielsalm. On est dans cette stratégie.

À Vielsalm, il y a d'ailleurs toujours eu des hommes forts,  Marcel Remacle et puis Jacques Gennen. Jacques Gennen l’est d’ailleurs toujours comme membre d’un cabinet ministériel et comme ancien député.

Quant à moi, j'essaye, par mes actions dans mon parti, modestement d'agir avec les moyens à ma disposition. J'ai eu la chance d'être président d'Idelux.

Est-ce compatible avec le mandat de bourgmestre ? Oui, bien entendu puisqu'il faut être mandataire pour être président d'Idelux et nous sommes forcément dans le raisonnement du cumul.

De tels cumuls nous permettent de faire avancer des dossiers. Si mon cumul peut permettre à Vielsalm de se développer plus vite, tant mieux !

Pour l'avenir, nous verrons ce que mon parti décidera pour la présidence d'Idelux. Je veux également rassurer Christophe Bleret. S’il y avait un conflit d’intérêts entre le développement de Vielsalm et une prise de position d’Idélux, je pourrais me retirer.

Ici, à Vielsalm, nous avons la chance qu’au niveau du Conseil communal, il y a des débats sur les intercommunales et chacun y apporte ce qu'il faut.

Je compte exercer mon mandat dans le respect de tous. Je vous remercie pour votre abstention car c'est un signe de confiance, une confiance certes réservée, mais importante pour l'avenir ! »

François Rion : « Pendant les élections américaines, les journalistes ont beaucoup expliqué qu’Obama – sans vouloir faire de comparaison - avait dû faire la part des choses entre son idéalisme et son pragmatisme.

Je vous vois avec 100 % de pragmatisme, mais un pragmatisme sans vision, sans l’espérance d’un avenir différent, sans étincelle, ce n’est pas très utile !

Mettez un peu de pragmatisme de côté et ouvrez les yeux  sur ce qu’il va falloir faire dans les 10 ans à venir! »

Christophe Bleret : « Je ne suis pas contre le cumul des mandats. Mais dans le dossier de la turbine hydroélectrique, vous vous êtes bien rendu compte qu'il y avait un conflit d'intérêts entre Idelux et la Commune. Je ne voudrais pas que cela arrive dans d'autres dossiers ! »

Elie Deblire : « Je ne suis évidemment pas convaincu par votre raisonnement ! »

Le pacte de majorité est adopté par les membres de liste du bourgmestre et du groupe Mayeur. Les autres conseillers s’abstiennent.

(Pour rappel, le pacte de majorité porte sur la composition du Collège communal (Elie Deblire, Joseph Remacle, Jean-Pierre Bertimes, Stéphanie Heyden, Nele de Corte et Philippe Gérardy, futur président du CPAS avec certaines attributions scabinales) et concrétise l’accord des deux groupes formant la majorité.

La majorité présentera début 2013 sa déclaration de politique communale.)

Désignation des membres du Conseil de l’Action sociale

Sont désignés:

- pour la liste du bourgmestre : Dominique Fabry, Dorothée Lejoly, Marie-France Collas, Joseph Denis et Philippe Gérardy,

- pour la liste Mayeur : Cindy Monfort et Bruno Gérardy,

- pour Ecolo : Jacqueline Paisse,

- pour le groupe Intérêts communaux : Pierre Bodson.

Désignation des représentants au Conseil de police de la zone Famenne-Ardenne

Sont désignés :

- Françoise Caprasse et ses suppléants, Jean Briol et Stéphanie Heyden;

- Anne-Catherine Masson et ses suppléants : Roland Englebert et Aline Lebrun.

Dernière intervention du bourgmestre avant le verre de l’amitié

La séance se termine par une dernière intervention du bourgmestre qui félicite les échevins et leur signale qu'ils trouveront toujours en lui un collègue et surtout un ami.

Il se veut le bourgmestre de tous et se félicite également de pouvoir poursuivre sa collaboration avec la secrétaire communale Anne-Catherine Paquay ainsi qu’avec sa secrétaire Marialine Dubois et l'ensemble du personnel communal.

Sur question de François Rion, Elie Deblire s'engage à envoyer à tous les conseillers la liste des organismes et ASBL dans lesquels des représentants communaux doivent être désignés.

Place ensuite au verre de l'amitié et à une petite fête au cours de laquelle certains, à ce qu'on m'a dit, n'ont pas manqué de refaire le monde…

(Cliquez ici pour découvrir quelques photos de la séance du 3 décembre 2012 et la liste des membres du Conseil et du Collège avec leurs coordonnées)

Jacques Gennen